En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal

Inra Val de Loire - UR Amélioration, génétique et physiologie forestières

Site de l'UR AGPF de l'INRA

Essences Forestières

PEUPLIER (Populus nigra, Populus deltoides, P. trichocarpa et leurs hybrides)

Peuplier noir reduit

Le peuplier est une espèce à croissance rapide (maturité 15-20 ans), ce qui compense la faible superficie qu’il représente (1,2% de la forêt française) et lui permet d’occuper la deuxième place pour la production annuelle de bois d’œuvre feuillu, derrière les chênes.

Les peupliers ne sont pas présents qu'en plantations puisque l'espèce peuplier noir (Populus nigra, seule des trois espèces étudiées par l'INRA qui soit autochtone en Europe) forme également des peuplements naturels, en particulier le long des (rares) cours d'eau encore relativement sauvages comme la Loire. (http://peupliernoir.orleans.inra.fr/).

Le peuplier peut être considéré comme l'essence phare de l'Unité AGPF puisqu'elle fait l'objet de travaux de génétique et de physiologie et que ces travaux trouvent une application à la fois en compréhension générale du fonctionnement des arbres dans leur milieu, en sélection variétale et en conservation.

_______________________________________________________________________________________________

PIN SYLVESTRE (Pinus sylvestris)

Image3

En France, le pin sylvestre est présent à l'état naturel en Alsace, dans les Vosges, le Massif Central, les Pyrénées et les Alpes. En raison de sa rusticité et de sa tolérance à une très large gamme de climats et de conditions de sols, le pin sylvestre a souvent été utilisé en reboisement en plaine là où la régénération et la croissance des autres espèces forestières se révélaient très difficile. Il représente environ 143 millions de m3 de bois sur pied et il est l’essence principale sur 914 000 hectares de forêts (inventaire IGN 2009-2013).

_______________________________________________________________________________________________

DOUGLAS (Pseudotsuga menziesii)

Douglas_fleurs males & femelles

Importé de l'ouest du continent nord américain vers le milieu du 19e siècle, le Douglas (Pseudotsuga menziesii) couvre actuellement environ 40000 ha en France, représentant un stock de bois sur pied de 112 millions de m3 qui s'accroit de 6 millions de m3 par an.  Entre 7000 et 10000 ha de Douglas sont plantés chaque année en France.

_______________________________________________________________________________________________

MÉLÈZE (Larix decidua, L. kaempferi et leurs hybrides )

Meleze

Le mélèze d’Europe (Larix decidua) est indigène en France, mais uniquement dans les Alpes. Son aire naturelle et sa productivité y sont restreintes. Les nombreux atouts de l’essence (croissance, architecture, rusticité, bois) ont incité les forestiers à l’utiliser en dehors de son aire naturelle, mais avec d’autres origines, espèce et/ou hybride mieux adaptées. Bien qu’étant la 4ème espèce de reboisement résineuse en France, sa place est y encore modeste. C’est une essence d’avenir.   

_______________________________________________________________________________________________

FRÊNE COMMUN (Fraxinus excelsior)

Frêne reduit

Il existe 48 espèces dans le genre Fraxinus, dont 3 sont autochtones en France : le frêne commun (Fraxinus excelsior), le frêne oxyphylle (F. angustifolia) et le frêne à fleurs (F. ornus). Le frêne au sens large contribue à 4% du volume de bois sur pieds de la forêt française, ce qui en fait la cinquième essence feuillue pour ce critère.

Le frêne commun (Fraxinus excelsior) est le seul à présenter un intérêt sylvicole significatif et l'arrivée de la chalarose du frêne en France en 2008 (maladie due à un champignon parasite originaire d'Asie) a relancé les travaux de recherche sur cette espèce.

_______________________________________________________________________________________________

MERISIER (Prunus avium)

abeille sur cerisier reduit

Le merisier est un feuillu précieux à croissance rapide, dont le bois peut se vendre en qualité ébénisterie quand les soins sylvicoles ont été corrects.