En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal

Unité de Recherche en Science du Sol

INRA - Site Internet de l'Unité de Recherches de Science du Sol d'Orléans

Protocole de tests de stabilité structurale

Test de stabilité structurale d'un échantillon de sol © INRA
Le comportement physique d'un sol soumis à l'action de la pluie peut être évalué par des tests de stabilité structurale

Toutes les mottes de terre soumises à l’action de l’eau ne résistent pas de la même façon. Leur résistance diffère, par exemple, en fonction de leurs matériaux constitutifs.

On évalue le comportement physique d’un sol soumis à l’action de l’eau en réalisant des tests de stabilité structurale qui donnent une description réaliste de ce comportement.

 Contact : Hervé Gaillard  [herve.gaillard@orleans.inra.fr].

 Nous avons mis au point la méthode décrite dans la publication de Y. Le Bissonnais(1996). Aggregate stability and assessment of soil crustability and erodibility: theorie and methodologie. European Journal of Soil Science, 47, 425-437. Cette méthode, normalisée Afnor depuis 2005 (NF X31-515), est devenue une norme internationale ISO depuis 2012 (ISO 10930: 2012 « Qualité du sol -- Mesure de la stabilité d'agrégats de sols soumis à l'action de l'eau »).

 La procédure, ou mode opératoire, comporte trois tests (ou traitements) réalisés sur des agrégats calibrés entre 3 et 5 mm.

L’objectif des trois traitements est de permettre la prédiction du comportement de la structure du sol pour différentes conditions d’humectation par l’eau. Ces conditions simulent des conditions climatiques, hydrauliques et mécaniques susceptibles d’être rencontrées sur le terrain.

 Nous pouvons vous communiquer notre mode opératoire interne sur simple demande à Hervé Gaillard [herve.gaillard@orleans.inra.fr]. Nous disposons actuellement de versions en français, anglais et chinois.

 Voici nos recommandations et compléments par rapport à la norme ISO :

  1. Échantillonnage
  2. Préparation
  3. Traitements
    1. Traitement 1 : Humectation rapide
    2. Traitement 2 : Humectation lente
    3. Traitement 3 : Agitation
  4. Séparation granulométrique des fragments
    1. Tamisage dans l’éthanol
    2. Tamisage après séchage
  5. Résultats-Calculs du DMP

1-    Échantillonnage :

  • Localisation : prélever en plusieurs endroits (5 prises) sur une surface homogène de l’ordre de 10 m² pour avoir un échantillon composite. La surface ne doit pas avoir subi de contraintes (piétinement, débris organiques…). S’éloigner des bordures de parcelles.
  • Prélever environ 1 kg de sol, entre 0 et 10 cm, dans des conditions d’humidité modérée (conditionnement en boîte plastique rigide). En fonction du type de travail du sol et du but de l’étude, l’épaisseur peut être modifiée. En présence d’une croûte à la surface du sol, ou en sol non cultivé, on prélèvera sous la croûte, la litière, ou le mat racinaire, entre 2 et 10 cm.
  • La masse de sol prélevée doit être en relation avec l’estimation du rendement d’agrégats de taille 3-5 mm (rendement = rapport entre la masse d’agrégats de 3-5 mm et la masse totale prélevée). Aussi, si le sol s’effrite en petits agrégats, on augmentera la masse prélevée.

2 - Préparation :

  • Mettre l’échantillon à sécher à l’air à une température d’environ 20°C.
  • Pendant le séchage, les agrégats doivent être fractionnés à la main. Pour ce fractionnement, il existe une gamme d’humidité idéale. Si, lors du fractionnement, on génère un lissage des agrégats, cela signifie que l’échantillon est encore trop humide. Si les agrégats résistent au fractionnement cela signifie que l’échantillon est déjà trop sec.
  • Lors de la préparation, on vise à faire passer la totalité de l’échantillon dans un tamis de 5 mm et à retenir les agrégats qui en résultent sur un tamis de 3 mm : un tamisage, modéré mais efficace, du tamis de 3 mm, permet d’obtenir la fraction (3-5 mm) qui servira aux tests.
  • En fin de préparation, on calculera le rendement en agrégats de 3-5 mm (rapport entre la masse d’agrégats de 3-5 mm et la masse totale prélevée).
  • Avant les tests, les agrégats sont mis à l’étuve à 40°C pendant 24h pour supprimer d’éventuelles variations d’humidité et uniformiser les conditions de traitement.

3 - Traitements :

3.1 Traitement 1 : Humectation rapide

 Précautions :

  • Durée totale d’immersion des agrégats dans l’eau : 10 min.
  • Lors du pipetage de l’eau, veiller à ne pas pipeter de fragments.
  • Lors du transfert sur le tamis, veiller à ne pas diriger le jet d’éthanol sur les fragments.

 Traitement d’humectation rapide :

 

3.2 Traitement 2 : Humectation lente

Précautions :
  • Durée totale d’humectation des agrégats : 60 min.
  • Veiller à bien saturer la mousse synthétique et à maintenir le niveau d’eau à environ 5 mm du haut de la mousse.
  • Veiller à bien saturer le filtre en l’appliquant correctement sur la mousse et en le retournant plusieurs fois.
  • Le filtre peut être utilisé plusieurs fois, il est nécessaire de bien le rincer à l’eau avant une autre utilisation.
  • Un pinceau souple est utilisé pour répartir (rapidement) les agrégats sur le filtre en évitant leur chevauchement. Veiller à ne pas déplacer un agrégat qui commence à se saturer.

 Traitement d’humectation lente : 

      

 3.3 Traitement 3 : Agitation

Précautions :
  • Durée totale d’immersion des agrégats dans l’éthanol : 30 min.
  • Veiller à respecter l’amplitude et la cadence des mouvements, ainsi que le nombre de retournements.
  • Durée de décantation : 30 min. minimum.

 Traitement d’agitation : 

Etape d’agitation seule :

Il est conseillé de s’entraîner à faire les bons mouvements en regardant cette vidéo

4 – Séparation granulométrique des fragments :

4.1 Tamisage dans l’éthanol

 Ce tamisage a pour but de séparer les fragments supérieurs à 50 µm des fragments inférieurs à 50 µm sans générer de désagrégation supplémentaire.

 Précautions :

  • Le niveau d’éthanol doit se situer à environ 5 mm au-dessus de la grille du tamis.
  • Veiller à ne pas piéger de bulle d’air sous la grille du tamis.
  • Effectuer 5 mouvements rotatifs dans le sens des aiguilles d’une montre ; soulever le tamis ; laisser s’écouler l’éthanol ; immerger le tamis et effectuer 5 autres mouvements rotatifs dans le sens inverse.

 Tamisage dans l’éthanol :

4.1 Tamisage après séchage

Après séchage les fragments supérieurs à 50 µm sont tamisés.

Précautions :
  • Un pinceau souple permet le transfert des agrégats sur le tamis.
  • Un pinceau dur permet de récupérer les fragments retenus dans les mailles du tamis.
  • Il faut veiller à agiter modérément les tamis, de sorte à éviter une désagrégation supplémentaire.
  • Veiller également, lors de l’agitation des tamis, à répartir les fragments sur toute la surface de la grille.
  • La durée d’agitation est proportionnelle à la quantité de fragments à tamiser.

 Tamisage après séchage :

5– Résultats - Calcul du DMP :

Pour chaque traitement le résultat est exprimé sous la forme d’histogrammes représentant la distribution des fragments, ainsi que d’un indice, le diamètre moyen pondéré (DMP).

Recommandation pour le calcul du DMP dans des sols avec graviers

La présence d’éléments grossiers (graviers) dans la fraction 2-5 mm peut interférer avec les résultats. Aussi :

  • Si le taux d’éléments grossiers est compris entre 10 et 40%, il sera nécessaire de prendre en compte ces éléments grossiers par lavage de la fraction supérieure à 2 mm résultant des tests. On calculera un DMP en tenant compte des éléments grossiers et ainsi qu’un DMP sans éléments grossiers.
  • Si le taux d’éléments grossiers est supérieur à 40% les tests de stabilité ne sont probablement pas pertinents.